Conseils du coach

Les pièges à éviter

 
⇒ Le premier réflexe qui vient à l’esprit pour participer à un Triathlon, c’est le volume d’entraînement pour digérer les kms dans le lac, les bornes sur les routes du Beaujolais Vert et enfin les foulées à l’ombre des sapins.On pense donc rapidement aux longues sorties cyclistes, aux éprouvantes séances de course à pied et aux innombrables longueurs dans l’eau chlorée.  
 
⇒ Pourtant, en aucun cas, ce travail important ne doit être programmé trop tôt dans la saison. Un cycle spécifique de 10 à 12 semaines me paraît être un choix raisonnable à condition de s’appuyer sur un socle de technique de vitesse et d’endurance.  
 
⇒ Attention donc à ne pas être prêt trop tôt et s’user à maintenir un potentiel chèrement acquis.  
 
⇒ Prenez garde aussi aux séances qui laissent plus de fatigue que de possibilité de progression. C’est le cas des sorties longues à trop forte intensité. Privilégiez des circuits ressemblant à votre objectif, c’est-à-dire des parcours vallonnés avec une répétition de bosses à faible pourcentage pour le vélo. Un itinéraire varié avec quelques bonnes côtes pour la partie pédestre, et luxe ultime un lac et une combi néoprène pour des ploufs rafraîchissants autour des bateaux.  
 
⇒ Mon dernier conseil sera de ne pas négliger sa vie de famille, ses amis, sa récupération, en un mot son équilibre. Mieux vaut un volume d’entraînement moyen mais régulier que des semaines de ” Ouf ” succédant aux vaches maigres, aux blessures éventuelles et aux ras le bol… Alors, donnez du temps à votre famille, partagez des soirées avec vos amis, dormez comme un bébé et vous serez au top pour le jour J.

Newsletter